Fela Kuti : une vie, une œuvre

fela

 

« Je refuse de vivre avec la peur au ventre…

Si quelqu’un veut vous blesser, il vaut mieux que vous ne le sachiez pas.

Donc je n’y pense pas.

Je peux dire que je m’en moque.

Je suis prêt à tout. »

Fela KUTI

Source : France Culture

 

La musique est un sport de combat

Fela Anikulapo-Kuti est le créateur de l’afrobeat, cocktail explosif né de la rencontre entre jazz, soul-funk et high-life, musique traditionnelle d’Afrique de l’ouest. Formé à l’école du Black Power et du panafricanisme, le fils spirituel de Malcolm X et de Kwame Nkrumah a su enflammer le cœur des laissés-pour-compte de la société nigériane et de l’Afrique toute entière, grâce à des chansons écrites en pidgin, le créole anglais des faubourgs de Lagos. En dénonçant la corruption, les dictatures, la main-mise des multinationales, Fela, le « Black President », a essuyé les foudres des dirigeants politiques successifs et de leurs juntes militaires. Humiliations, coups, emprisonnements, tortures ont ponctué le quotidien de ce guerrier du son jusqu’à sa mort en 1997. Depuis, Femi, son fils aîné et Seun, son cadet, ont repris le flambeau spirituel et musical ; imposant leur marque tout en respectant l’héritage familial.

 

 

Programmation musicale du documentaire:
M.O.P (Movement of the people) Political Statement 1 (Live in Amsterdam) Fear not for men (Stalemate/Fear not for Man) Weapon You gimme shit I give you shit (Live in Amsterdam) VIP (VIP) (Authority Stealing) My lady frustration (Koola Lobitos64-68/The 69 Los Angeles Sessions) Jeun Ko Ku (Open and Close) Let’s start (Fela With Ginger Baker live) Shakara (Shakara/Fela ‘s London Scene) Water No get Enemy (Expensive Shit) JJD (JJ) Black man’s Cry (Fela With Ginger Baker live) Amaechiblues Unnecessary begging (JDD)   

Laisser un commentaire